Quand le Ministère ne respecte pas ses engagements ou les associations complémentaires en danger...

Publié le par Ligue de l'enseignement en Meuse

Le 29 juillet 2008, le Président SARKOZY visite un centre de vacances de la Ligue de l'enseignement et proclame :
"... je tiens à saluer l'exceptionnel travail qu'effectue la Ligue de l'enseignement, dans tous les domaines d'activité qui sont les siens. Votre confédération est une grande institution. Je respecte pleinement son histoire et ses valeurs. Je veux rester à l'écoute de la sensibilité qu'elle représente et plus largement des mouvements associatifs de notre pays. Nous vivons une époque qui a besoin de l'éducation populaire ; parce qu'elle apprend aux jeunes à être libres et responsables ; parce qu'elle est une école de la citoyenneté, du vivre-ensemble de la laïcité et de la mixité sociale."

Le 7 octobre 2008, le ministre DARCOS annonce à la Ligue de l'enseignement et aux autres associations dites complémentaires de l'enseignement public que la convention de moyens (subvention) est réduite de 25% et que les postes d'enseignants mis à disposition, transformés en détachés en septembre 2006, ne seront pas reconduits à la rentrée prochaine.

Voilà une belle manière de soutenir "l'exceptionnel travail qu'effectue la Ligue de l'enseignement, dans tous les domaines d'activité qui sont les siens"...
Nous pourrions considérer que nous devons nous montrer solidaires face aux restrictions nécessaires pour réduire la dette de l'Etat, mais que vont peser les 180 postes et quelques centaines de millliers d'€ de la subvention versée à la Ligue face aux 360 milliards annoncés pour compenser les travers du système boursier ou les 1000 milliards d'€ de la dette publique.

En septembre 2007, le nombre de demandeurs d'emplois diminue, l'Etat supprime les emplois aidés pour les associations ; en septembre 2008, l'ANPE nous incite fortement à embaucher, le premier ministre annonce la création de nouveaux contrats aidés. Il s'agit peut être d'une politique de l'emploi, certainement pas d'une politique en faveur de l'éducation populaire qui pourtant contribue à la formation des citoyens de demain et assure au quotidien une mission d'utilité sociale.

Daniel LE FORESTIER, secrétaire général

Commenter cet article

Luce Soussigne Chargée de production Cie La Boîte Noire-Reims 07/11/2008 12:49

Eduquer ou dresser ? ?

Créée en 1990, La Boite Noire s'est rapidement posée la question de la place du spectacle dans l'éducation de l'individu. Qu'est-ce qu'éduquer ?
Si l'on réduit l'éducation à l'ingestion, au gavage de données nécessaires à notre survie dans les rayons des grandes surfaces, à une évaluation formatée des assimilations de savoir, à une performance individuelle, je pense que nous passons à coté de nos responsabilités.
Eduquer, c'est aussi construire. Construire l'individu, vivre un moment ensemble, partager le moment fragile de la représentation, c'est donner à l'enfant l'occasion de susciter son imaginaire, de le mettre face à des questionnements qu'il devra résoudre (ou qu'il ne résoudra pas...., ou qu'il résoudra plus tard, avec sa famille, ses éducateurs, avec lui-même).
C'est aussi l'occasion pour l'enfant de se frotter à des textes, des situations, des mythes fondateurs. Une approche de notre histoire (les histoires humaines, la grande histoire et la petite), de la façon dont les sociétés se construisent, comment les hommes tissent leurs relations, leurs existences..........................la culture en somme.

Le spectacle à l'école ?
Emmener des enfants au spectacle pendant le temps scolaire est-ce vraiment important ?
C'est n'est pas le rôle de l'école, la famille est là, et la télé aussi ...!!!
Le temps du spectacle à l'école, c'est pour l'enfant le temps de la liberté de jugement, le temps des interrogations, la confrontation des réponses, avec son entourage aux questions posées par le spectacle. ''Mais alors, il n'y a pas qu'une vérité ?'' (Un jeune spectateur après la représentation d'un spectacle proposant les diverses versions du mythe d'Icare).
Le spectacle à l'école, c'est une autre lecture du monde, une lecture qui passe par l'universel, celui de chaque humain.
Le spectacle à l'école, c'est parfois la seule confrontation du jeune spectateur à un acte de création : devant lui, en direct. Moment de partage d'émotions et de ressentis.


La diffusion de La Boite Noire
Pour La Boîte Noire, la diffusion en direction du jeune public se construit en collaboration directe avec des structures diverses (service culturel de municipalité, Fédération des MJC, Foyers Ruraux, Centres Dramatiques Nationaux, Scènes Nationales ou Scènes conventionnées, Fédération des Œuvres Laïques...).
Ces structures étant dans le désir partagé avec nous, de la construction de l'individu, dans sa capacité à comprendre, à s'interroger et non à consommer.
La diffusion auprès des F.O.L. représente sur les quatre dernières années environ 40% de notre activité. Un arrêt de ces actions remettrait en cause la pérennité de notre compagnie.
Une société doit elle regarder et s'intéresser à l'autre uniquement dans sa passivité silencieuse et consommatrice ? L'enjeu est humain et politique (du grec : politikê : art de gouverner la cité).

André Parisot

LA BOITE NOIRE
15 rue du Jard 51100 REIMS laboite.noire@laposte.net

Bertaga 15/10/2008 11:04

A mon avis, dans "Education populaire et laïque" il y a trois mots que notre gouvernement a du mal à digérer. Saurez-vous trouver lesquels ?