Quand l'Eglise dérape...

Publié le par Ligue de l'enseignement en Meuse

Même si nous considèrons que la religion peut avoir sa place dans la vie privée de nos concitoyens, c'est notre façon (d'ailleurs assez largement partagée) de voir la laïcité, il nous semble nécessaire de réagir quand l'Eglise dérape, c'est le cas lorsque :
- Le Pape réintègre un évêque révisionniste ;
- Une mère de famille brésilienne est excommuniée parce qu'elle a décidé de faire avorter sa fille de 9 ans enceinte de jumeaux parce qu'elle a été violée par son beau-père. Le violeur n'est même pas évoqué comme étant l'auteur d'un acte ignoble ;
- Le Pape, en visite en Afrique, met le préservatif à l'index... Il ignore sûrement que ce n'est pas à cet endroit qu'il est le plus efficace ! (C'est du Coluche, toujours d'actualité, 20 ans après). Comment l'église peut-elle refuser de participer à la lutte contre la maladie la plus mortelle en Afrique ? 80% des personnes atteintes du SIDA vivent sur le continent africain. En Afrique, 25 millions de personnes sont porteuses du VIH et 8000 personnes meurent du sida chaque jour (source HIV/AIDS in Africa) ;
- L'évêque d'Orléans intervient dans les médias pour dire que le virus du SIDA passe à travers les fibres de latex du préservatif... Il pense sûrement que les études de théologie donnent des compétences en recherche médicale ! Heureusement, le corps médical est intervenu et l'évêque a fait son mea culpa.
Je me doutais que l'Eglise avait parfois des difficultés à s'adapter aux évolutions de la société, mais en prenant de telles positions, elle risque d'éloigner quelques catholiques en plus de causer des dégâts irréparables.
Un seul message à transmettre : SORTEZ COUVERTS !!!

Daniel LE FORESTIER, secrétaire général de la Ligue de l'enseignement de la Meuse

Commenter cet article